.::. Fidelitas .::.

Le bien règne en maître sur le monde magique... Mais pour combien de temps encore?
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ~Scarlett~ Une vie parmi les étoiles

Aller en bas 
AuteurMessage
Scarlett H. Carter
7ème année Serpentard
7ème année Serpentard
avatar

Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 13/01/2008

Personnage à la loupe
Amis/Ennemis: Tout ceux qui le veulent bien sont ses ennemis.
Citation personnelle: Tout ce qui brille est forcément d'or.
Particularités: Attend le prince charmant

MessageSujet: ~Scarlett~ Une vie parmi les étoiles   Dim 13 Jan - 23:55

Elle :
Nom et Prénom(s) : Carter, Scarlett Helena
Age : 17
Plan de carrière : Vivre de la richesse parentale et de celle de son mari.

« Waw ! Darling tu es superbe ! »

Quoi ? Superbe ? Etait-ce un synonyme de parfaite ? Ou un mot ayant une valeur approchante ? Parce que si tel était le cas elle devrait se lever et claquer la porte au nez de sa mère. C’était aujourd’hui qu’on officialisait ses fiançailles, c’était le plus beau jour de sa vie, elle se mariait avec un autre héritier au sang bleu. Serait-il comme elle l’imaginait ? Ce n’était plus coutume depuis longtemps les mariages arrangés mais pour conserver les grands noms de la société sorcière il le fallait bien. Quand elle y pensait cette histoire de sang-pur c’était stupide, avec qui se marieraient ses enfants ? Ses petits-enfants, un jour viendrait où il n’y aurait plus de personne avec qui se marier sans faire de mariage consanguin. Elle n’avait jamais porté une grande attention à son sang, elle le savait honorable mais elle n’avait jamais pensé qu’il s’agirait d’une source de supériorité. Aussi quand en première année elle s’était faite secourir par un autre sang-pur qui lui expliqua qu’elle ne pouvait pas se laisser marcher sur les pieds par des enfants de personnes normales, elle apprit la chose la plus importante de sa vie. Les gens ne la jugeraient que par ses aïeuls et non sur ses capacités à elle. L’argent de son père et de sa mère lui ouvrirait toutes les portes, les plus grandes soirées, les plus belles boutiques, les plus grands joaillier en contrepartie elle devrait être derrière une façade toute sa vie. C’était ça la vie d’élite. Elle avait toujours été parmi eux, le monde des gens normaux ne lui ouvrirait jamais ses bras car elle serait toujours « la fille de ». Ne pas penser c’était ça la clef de la réussite dans ce milieu, la femme était la plus belle conquête de l’homme et aujourd’hui, elle devait rencontrer son futur mari.

Cela vous semble vieux jeu ? Oui, c’est normal, elle trouvait ça très romantique elle, on le lui avait présenté comme un garçon remarquable, beau et intelligent, riche et qui aurait de quoi la faire vivre un conte de fée tout éveillé toute sa vie. Il fallait faire des concessions, vivre heureuse toute sa vie dans le luxe ou bien tout perdre et se construire une vie à soi avec des fins de mois difficiles, un mari au chômage…Le choix avait été fait depuis son tout jeune âge, elle serait de ce monde, il lui appartenait déjà en fait. Sa mère avait un jour décidé de lui montrer la vie qu’ils mèneraient s’ils avaient été de la norme. Les appartements de soixante mètres carrés, les petits magasins de seconde zone, mais surtout l’insécurité dans la rue. Après cette démonstration elle avait pleuré, elle voulait être du même monde que sa mère. Et finalement quand on a six ans on se fait manipuler tellement facilement…


« Chérie, tu es parfaite, mais si tu veux être ponctuelle il faut y aller les Oswald ne doivent pas attendre. »
« Père, tu sais, la princesse doit toujours avoir un peu de retard, sinon ce n’est pas une princesse. »

Elle se leva, enfila la plus belle robe qu’elle avait, se regarda dans le miroir, son corps mince, sa chevelure brune, ses yeux deux jolies amandes brunes, son teint pale qui mettait en avant sa robe noire. Elle sourit en pensant à l’effet qu’elle pouvait bien provoquer, mais elle se dit que malgré tout cette robe était chère pour une seule soirée. Sa mère déboula dans la chambre en haletant.

« Les Oswald ont téléphoné, leur fils a un cadeau pour toi, ils disent que tu dois partir d’ici à 20h00 il y aurait une limousine qui te prendra et qui t’amènera au point de rendez-vous. »

Le reste de ce rendez-vous ne se conclue pas par une demande en mariage. Les parents signèrent un gros contrat et les enfants s’envoyèrent en l’air. C’était souvent comme cela finalement les enfants passaient une soirée mémorable pour les canapés et autres pièces des maisons secondaires, pendant que les parents concluaient de grosses affaires. Mais, car il faut un mais dans chaque histoire, elle en avait vraiment assez des histoires sans lendemain, elle cherchait un véritable amour, une seule fois dans sa vie connaître une vraie sensation de besoin de l’autre. Le sexe c’était bien, mais, arrivait un moment où s’en était assez. Alors le soir quand elle se couchait en ce doux mois de juillet elle se remémorait Poudlard. C’était tellement différent là bas… On la jugeait pas sur les mêmes critères qu’en ville, d’ailleurs, ses professeurs n’étaient pas influencés par l’argent de ses parents, alors elle devait ses notes à son assiduité.

Elle était une seule et même personne, mais elle avait deux vies. Celle de Poudlard, faite de hauts et de bas, sans toutes l’opulence de New York, et sa vie à New York. D’ailleurs elle devait être la seule résidente américaine de Poudlard, mais après tout en quoi était-ce un problème ? C’était encore une différence qu’elle pouvait se vanter d’avoir.

Déjà sept années qu’elle faisait partie des élèves de Poudlard, enfin elle finissait ses études et elle ne s’était que rarement sentie aussi mal. L’idée de retourner vivre toute l’année chez elle était très déstabilisante, elle connaissait tellement de monde sans vraiment les connaître, le monde des adultes l’attendait à la sortie, c’était ça qui l’effrayait, sa vie à l’école de magie n’avait jamais été différente. Elle était de cette élite qui peut se vanter d’avoir des notes correctes, des amis populaires, des murmures à son passage et qui fait l’objet des potins.

D’ailleurs depuis toujours n’avait-elle pas mis un point d’honneur à avoir des bonnes notes partout ? Ses parents avaient été particulièrement fier d’elle quand elle avait reçu ses résultats de BUSE, en caressant ce collier qu’elle portait elle se souvenait du cadeau de « récompense » qu’ils lui avaient offert.

Potions : Effort Exceptionnel.
Métamorphose : Optimal.
Sortilèges et Enchantements : Effort Exceptionnel.
Défenses Contre les Forces du Mal : Optimal.
Botanique : Piètre.
Soin Aux Créatures Magiques : Piètre.

Elle n’avait jamais été une fille méchante, il faut le savoir, on pouvait seulement la décrire comme une future héritière, au sang-pur, avec des atouts majeurs dans son physique et dans sa tête, mais en aucun cas elle n’était méchante, snob à la limite, mais elle l’était devenue à force d’heures passées avec sa mère et avec les autres gens de son âge et de son rang.

Mais était-elle si différente que toutes les autres ? Ne voulait-elle pas seulement trouver l’amour à son âge ? Un garçon avec qui elle serait heureuse. S’il était riche, beau et qu’il plaisait à ses parents c’était encore mieux.

Vous connaissez sûrement les journaux intimes, vous savez ce sont des petits carnets dans lesquels filles et garçons racontent leur vie, leurs problèmes, leurs envies, leurs rêves, à une personne qui lit peut être de l’autre côté de la page. Et bien Scarlett Helena Carter ne faisait pas exception à cette règle, elle inscrivait dans un carnet d’une centaine de pages toute sa vie. Voici un extrait, voici sa perception des choses, ses désillusions.


Bien le bonjour journal, tu sais que t’es sûrement le cadeau le plus nul qu’on ne m’ait jamais offert ? C’est vrai quoi, d’habitude on me couvre de bijoux et d’autres trucs inutiles qui ne servent qu’à se pavaner en public, mais un journal intime ! Depuis quand les habitants des banlieues chics de New York ont une vie privée hein ? C’est bien ce qu’il me semblait, alors bon, comment dire, je vais tenter de te conserver secret un certain temps.

Commençons par le commencement, je dois me présenter. Je m’appelle donc Scarlett Helena Carter, j’ai quinze ans aujourd’hui… Ma vie c’est un paradis, j’ai plus d’argent qu’il n’en faut pour vivre une vie, j’ai des parents géniaux, qui ont leur vie et qui me laisse vivre ma jeunesse pleinement. Il faut savoir que je suis ce que l’on appelle une sorcière de sang-pur. Alors je me suis renseigné dans mon école, en fait la vision de la sorcellerie est complètement différente en Angleterre. Nous les américains, je réside à NY, on a un mode de vie vis-à-vis des moldus. Déjà il faut savoir qu’il y a un culte, tout comme en Angleterre, pour les sang-purs, c’est une sorte de tradition, dès qu’on a un enfant on cherche un couple de sang-purs ayant un enfant pour les marier et perdurer la lignée.

Il faut savoir que les dirigeants de notre société sont tous des sorciers où presque, mon père et ma mère sont tous les deux de riches héritiers de familles riches qui ont progressé dans la société grâce à la magie et à leur nom. Donc je suis une enfant de sang-pur, mais étant une fille mes parents ont refait un enfant pour pouvoir faire perdurer le nom. Après moi il y a donc mon frère Edward, dit Ed. Il a un an de moins que moi il entre en quatrième année à Poudlard. On s’entend bien tous les deux, mais… Il aime bien toujours me surveiller, déjà quand on faisait des fêtes à la maison il aimait bien venir avec moi et ensuite il racontait à Mère les bêtises que j’avais osé faire.

Moi… En quelques mots ? Bon allez je me lance faut pas faire comme si je ne pouvais pas parler de moi, j’ai quinze ans je dois être capable de dire de façon assez objective qui je suis. Je pense que je suis assez belle, enfin, ce n’est pas un trait de caractère, mais c’est un des rares points positifs que je vais me donner, je suis très populaire parmi les amis que j’ai ici à NY, mais aussi avec ceux que je me suis faite à Poudlard. Premier point sur moi : Belle.

Deuxième point : Riche. Oui je sais d’où je viens et quand je l’annonce on me regarde plus pareil, ça doit être inscrit dans la façon dont je le dis. Donc oui la richesse c’est important, on a tout ce qu’on veut, on a une jeunesse dorée, mais attention à la chute si on n’est pas préparé à l’atterrissage une fois sorti de l’école de magie. Ce qui entraîne mon troisième point…

Troisième point : Intelligence. Dans mon milieu tu sais journal, faut pas en avoir trop, si la femme est trop futée elle fait peur au mari, et généralement les plus vieilles femmes célibataire sont soit veuve, soit vieille fille, et sont toujours intelligentes. Et puisque je n’aime pas être seule je serais intelligente mais je le cacherai.

Quatrième point : Egocentrisme… Je le suis un peu, égocentrique, on m’a toujours élevé dans l’idée que j’étais la seule qui compte alors ça reste. J’ai un peu tendance à me croire le centre de mon petit univers, et ça m’a déjà joué des tours mais en général les filles que je côtoie sont soit égocentriques aussi, soit elles sont en admiration devant moi. Enfin j’essaye de fréquenter des filles de mon niveau. Je veux dire des filles qui ont un sang-pur comme le mien, une certaine aptitude à dire du mal des autres, une langue d’acier et surtout une intelligence intéressante.

Cinquième et dernier point d’aujourd’hui : Vipère. Je suis une vraie vipère, une pouf, une pute, je ne sais encore de quelles injures on m’affuble. C’est pas de ma faute, dans mon monde on ne vit que pour les impressions que l’on donne, pour les réputations qu’on dégonfle, pour les garçons qu’on collectionne. C’est un milieu agréable à vivre, on fait la fête, on s’amuse, on boit, parfois on couche, même si on est trop jeune d’après les idées pour ça. Donc tu vois, même à Poudlard, un truc que je me plais à faire c’est de démolir les réputations que je sais surfaites, de couper l’herbe sous le pied de quelqu’un d’autre. Il faut dire que nous ne nous faisons pas de cadeaux, c’est la guerre ouverte à chaque instant, alors… Sortons couverts.

Bon maintenant tu vois un peu mieux qui je suis, il est temps que je te présente ma famille.

Il y a ma mère, Anna et mon père qui se prénomme Grégoire mais qu’on nomme Le Colonel dans le milieu, parce qu’il a été dans l’armée ? Non, juste parce qu’il porte l’uniforme militaire dans les soirées. Voilà je n’ai rien de plus à dire d’eux, je te donnerai une photo un jour. Et mon frère Ed que je t’ai déjà présenté.

Pour finir cette présentation du jour de mon anniversaire, je vais te parler de ma vie, je vais la décrire en trois mots.

Politesse, Luxe et Langue de Vipère.

La politesse, c’est peut être la seule chose dont sont capables de faire preuve les adultes entre eux, malgré les rancœurs du passé et toutes les histoires ayant a trait au sexe. Ils ont une capacité d’invention qui m’étonne pour formuler des demande simples en demandes d’une politesse irréprochable malgré le peu de raffinement de certaines d’entre elles.

Le luxe, c’est sans doute ce que nous les jeunes nous préférons, on dépense sans compter dans des boutiques où le moindre tee-shirt est chiffré à quatre chiffres. C’est pour cela qu’on peut vraiment dire : Merci Père et Mère. On a le luxe d’avoir ce qu’on veut, une vie de rêve, des parents absents et surtout une grosse dose de liberté.

Langue de Vipère, oui après tout que serait un monde aussi amusant sans les potins, les ragots et surtout sans nous, les filles, qui n’hésitons pas à médire de nos meilleures amies, pour avoir tel ou tel prix.

Je t'embrasse.


Deux ans plus tard.

La fin des vacances touchait à sa fin et ce n’était pas plus mal comme cela la vie à Poudlard lui apporterait une stabilité plus grande. Cet été le programme avait encore une fois était le même, plage avec les copines, beuveries, nuits de folies. Mais maintenant il faudrait se réadapter à la vie dans l’école de sorcellerie, aux voix pas glamours pour deux sous des enseignants, à l’absence de fêtes déjantées, à son petit ami.

C’était peut être ça le plus comique, son petit ami et elle n’étaient même pas bien ensemble, il fallait satisfaire les parents, qui ne voyaient qu’un héritier américain pour mari de leur fille. Mais pourquoi ne trouverait-elle pas un garçon qu’elle aimerait vraiment cette année ? Son avis sur son monde avait changé.

La politesse était devenue du cirage de bottes, le luxe était devenu le moyen, les langues de vipères… non elles n’avaient pas changé. Et elle alors dans tout ça ? Non elle était la même, en plus grande, plus belle, plus manipulatrice, plus forte aussi. Que le spectacle commence !



Prénom : Quentin, j'en n'en ai pas changé.
Petit surnom? : Non toujours pas
Âge : 15ans
Depuis quand faites-vous du RP? : 1an et des grains de sable
Comment avez-vous connu le forum? : Bah je sais plus c'est genre le troisième perso que j'ai ici.
Que pensez-vous du design? : Je sais plus quoi dire moi maintenant j'ai déjà dit beau et superbe, alors WAW!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Choixpeau Magique
Le Grand Répartisseur Tout Puissant
avatar

Nombre de messages : 29
Date d'inscription : 28/12/2007

MessageSujet: Re: ~Scarlett~ Une vie parmi les étoiles   Lun 14 Jan - 0:28

Egocentrique, vipère, pouf...Hum, laisse moi voir...

POUFSOUFFLE !!

C'était une blague, j't'ai bien eu hein ! I love you

La réponse est évidente :

SERPENTARD !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
~Scarlett~ Une vie parmi les étoiles
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une place parmi les étoiles pour moi ?
» "Vise toujours la lune. Même si tu la manque, tu atterriras parmi les étoiles.”[Tala]
» Le papillon des étoiles
» Haiti, 4éme parmi les 10 plus dangereuses destinations du monde
» ? Toiles d'araignées et fumée...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
.::. Fidelitas .::. :: Avant Tout... :: La Cérémonie de Répartition :: Fiches Acceptées-
Sauter vers: