.::. Fidelitas .::.

Le bien règne en maître sur le monde magique... Mais pour combien de temps encore?
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Lydérich Van Baaren [U.c]

Aller en bas 
AuteurMessage
Lydérich Van Baaren
Schizophrène & Completement Toqué
avatar

Nombre de messages : 16
Age du personnage : 39 ans
Côté coeur : Il bat... Il se meurt... Il est mort.
Etat d'esprit : Cinglé. La Folie domine.
Date d'inscription : 30/12/2007

Personnage à la loupe
Amis/Ennemis: Son reflet même est son ennemi. Alors un ami. Sa folie peut être. Toujours là quand il faut.
Citation personnelle:
Particularités: A pour conscience un certain Chapelier Fou

MessageSujet: Lydérich Van Baaren [U.c]   Dim 30 Déc - 17:43


.:. Sa Folie est son Passé .:.


    Lydérich « Ose me laisser tomber June, je te jure que j’irais te chercher en Enfer si il le faut. »

    Mais il était trop tard, beaucoup trop tard. Les blessures n’étaient que trop grandes, aucun Médicomage même digne de ce nom n’aurait pu la sauver. Une blessure infligée par un Loup Garou, une créature si indigne de vivre. Et elle, June, pourquoi cette personne, pourquoi pas une autre plus faible ? Egoisme que voila. Et le sang continuait de couler, inondant un peu plus les vêtements de cette femme, amenant un peu plus cette personne aux portes de la Mort elle-même. Qu’il etait beau d’espéré que la Magie pouvait changer quelque chose, que la Magie pouvait tout régler. Lydérich avait tout essayé, même lui, un Médicomage n’y était pas arriver, quelque blessures, les plus légères s’étaient refermées mais les autres… June mourrait et lui ne pouvait que regarder. Spectacle réjouissant pour tout monstre. Et elle… trop tard. Un dernier souffle et s’en etait fini, déjà…

    Dix ans.
    Des années que ce souvenir lui revenait en mémoire.
    Début de la folie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lydérich Van Baaren
Schizophrène & Completement Toqué
avatar

Nombre de messages : 16
Age du personnage : 39 ans
Côté coeur : Il bat... Il se meurt... Il est mort.
Etat d'esprit : Cinglé. La Folie domine.
Date d'inscription : 30/12/2007

Personnage à la loupe
Amis/Ennemis: Son reflet même est son ennemi. Alors un ami. Sa folie peut être. Toujours là quand il faut.
Citation personnelle:
Particularités: A pour conscience un certain Chapelier Fou

MessageSujet: Re: Lydérich Van Baaren [U.c]   Lun 31 Déc - 0:24

    Lyd’ - « Tu n’as pas le droit de lui ressembler… tu n’as pas le droit! »

    Une main blafarde s’était refermée sur le bras de la jeune fille. Lily. L’homme l’avait amené a lui avec force, son visage proche du sien, assez pour que la Gamine puisse y lire une haine sans pareille, qu’elle puisse percevoir la lueur de folie dans les yeux d’ambre. Il broyait le poignet de la jeune fille, et déjà les larmes de douleur avaient perlé au coin des yeux océans de Lily, déjà elle commencait a émetre de petits cris. Elle ne méritait pas de vivre, pas en lui ressemblant et c’est pourquoi Lyderich s’apprêtait a commetre sa plus belle folie, la plus grande depuis douze ans. Il avait repoussé la Rouge et Or avec force, la tete ayant frapper le sol. Du sang, elle s’était blessée, sourire victorieux qui s’était dessiné sur les pales levres de l’heritier des Van Baaren.

    Lily - « P’pa. Pourquoi ? »
    Lyd’ - « La ressemblance Lily. Tu ne pourra pas m’offrir ce que June m’a donné. Autant que tu meurs, que tu rejoignes ta mère. N’es-tu pas d’accord là-dessus ? »

    Aucune réponce, elle n’avait pu. Lyderich lui avait brûler les cordes vocales, un simple sortilège si simple. Lily n’avait pu hurler tellement la douleur avait été grande. Tuer sans entendre la victime crier, là était une vision beaucoup plus plaisante, jamais il n’avait apprécié d’entendre les gémissements ou supplications. Ce n’était qu’une enfant, mais qu’importe. C’est June qu’il revoyait, celle qui l’avait laisser tomber, celle qui avait succombé a ses blessures. Il la haïssait, la détestait. Qu’elle meurt et souffre. Oui, qu’elle connaisse une souffrance si grande qu’elle s’en souviendrait après Mort. Nouveau sourire emplis de sadisme sur le visage dit angélique de l’homme. Une personne qui passe si souvent pour innocent avec son visage enfantin et sa carrure quelque peu frêle mais voila… les apparences encore et toujours. Et la petite qui tentait vainement de se défendre avec quelques sortilèges apprit à Poudlard. Lyderich les deviait, tous, sans aucune exceptions, les renvoyant même contre sa fille pour la plupart. Vulgaires maléfices

    Lyderich « Est-ce tout ce que tu as pu apprendre a Poudlard ? Ne t’on t-il pas enseigné les trois impardonnables ? Lily, vraiment… tu me deçois. »

    Regard implorant de la petite fille. Elle ne pouvait rien faire, strictement rien, ci ce n’était subir la folie de son père. Les cheveux de Lily venaient de tomber à terre, sa magnifique chevelure couleur des blés. Il ne la supportait plus, tout comme cette enfant qui le regardait avec ses grands yeux bleus. Ces yeux, ceux qui faisaient la beauté de sa Gamine. La baguette de Lyderich glissa sur le visage de celle-ci, presque amoureusement.

    * Vole-lui ses yeux. Elle n’a pas le droit de posséder ceux de June. *

    Sursaut.
    Ce n'était qu'un rêve.

    Lydérich « Lily… ! »

    Ce n’était qu’un cauchemar rien de plus, un mauvais rêve. Vraiment ? Lydérich était sorti de son lit avec une rapidité déconcertante, il voulait se rassurer, car il ne l’avait pas tué, non, jamais une idée pareille n’aurait pu lui traverser l’esprit, pas à lui. Pas envers sa fille, sa poupée, son ange...June. Et le manoir, Merlin, qu’il était grand, plusieurs couloirs furent franchit a vive allure, fou, c’est ainsi qu’on aurait pu qualifier ses déplacements, sa façon d’être. Et finalement, cette porte, là… la dernière au bout du couloir, la chambre de sa fille. Lydérich s’était arrêté quelques secondes, reprenant son souffle, une excuse pour ne pas pousser la porte, pour ne pas se rendre compte de l’horreur. Grincement qui fut audible, obscurité qui l’empêcha de percevoir la fille. Mais elle était là, ses grands yeux bleus fixant le plafond avec admiration… Et son corps, recroquevillé sous une couverture, rouge, étrangement scintillante. Mais ses yeux bleus, non ils n’étaient pas bleus, noirs, comme brûlés vifs. « Lumos ». Cris d’horreur qui avait suivi cette simple formule. Elle… Son rêve, la réalité venait de le frapper en plein visage, si fort qu’il s’était reculé, tombant alors a terre, reculant pour s’échapper de là, de cet Enfer… Crime qu’il avait commis.

    Lydérich « Ce n’est pas moi… ce n’est pas moi ! »


    []

    Les mêmes paroles furent prononcées devant le juge au Ministère de la Magie. La même crise d’angoisse. Le procès ne fut pas bien long, un tel acte ne pouvait avoir été commis que par cet homme, celui qui avait déjà perdu une personne. Et son cas fut encore plus grave lorsque l’on décela la schizophrénie, suivit de son somnambulisme. Lydérich fut enfermé à Azkaban. La prison des Mangemorts, des assassins, pas des gens comme lui. A vie, ce fut la sentence…

    []

    Deux ans … ou peut-être quatre, Lydérich avait perdu toute notion même celle du jour et de la nuit, pour lui tout était de même. La nuit était perpétuel, long silence… Cris d’agonies, derniers soupirs, là étaient ses seules distractions… les autres condamnés qui mourraient ou finissaient fous suite aux attaques des Détraqueurs. Des souvenirs heureux, il fallait essayer de les oublier, pour lui, ceci avait été fort simple. La joie d'un meurtre n’avait pas attiré ces créatures, fort heureusement. Toute magie semblait l’avoir quitter pour preuve, il n’était même pas plus capable de reprendre une forme animal, un chat noir, tout n’était que difficulté. Et cet homme qui se trouvait en face de lui, adossé contre le mur depuis une bonne quinzaine de minutes. Le bleu azur des yeux d’Innocent était devenu fade au point que son regard avait perdu de son coté dérangeant, Merlin, il devenait pitoyable et ceci devant Salinger. Journaliste qu’il avait eu le « grand plaisir » de croiser par le passé. Gamin…

    Salinger « Le silence, depuis combien de temps n’avez-vous pas prononcé un seul mot Lydérich ? Je souhaite simplement entendre le récit de votre vie, rien de plus. »

    Sourire des plus moqueurs qui s’était dessiné sur le visage émacié du detenu.

    « Ma vie ? Vous la connaissez Salinger, assez pour savoir que je suis un un psychopathe comme vous aimez me nommer. »

    Le journaliste s’était tu, a nouveau le détenu avait pu apprécier le silence qui était devenu son seul ami. Drôle de compagnie, fascinante pour lui.

    « 31 Octobre, une fête chez les Moldus, Halloween, vous connaissez ? Non bien entendu vous êtes un Pur vous. D’ailleurs le mépris est parfaitement visible sur votre visage vous auriez pu faire preuve de politesse. » Sourire, il voulait parler. « Mon enfance, vous allez m’envier… »

    Souvenirs… Lydérich revoyait cette maison qui avait été son enfer. Cette famille bourgeoise, son père, ce lâche qui les avait abandonné alors que sa sœur venait a peine de naître. Qu’il avait hait son père pour cet acte, pour l’avoir forcé à prendre son rôle. L’homme de la maison, appellation grotesque, pourquoi donc le devenir alors que sa mère ramenait tous les jours un homme différent à la maison ? Une incompréhension qui avait bien vite trouvé sa réponse. Il fallait bien s’occuper d’Amarante, petite dernière. Un enfer ? Oh non, pas encore, il ne commença que lors de la réception d’une certaine lettre, un parchemin venant d’une école de Magie. Sorcier, et pourquoi pas vampire ? s’etait-elle écriée, hystérique. Comment imaginer que votre enfant soit anormal ? Qu’il possède des pouvoirs magiques ? Impossible. Et c’est ce qui avait conduit a cette marque sur son bras droit, ce « M » graver au fer, simplement pour lui rappeler ce qu’il était, un monstre. Les Sorciers n’existent pas… Jalousie, c’est ce qu’il avait d’abord pensé, mais non. Sa mère avait d’emblé voué une haine sans pareille à cette école qui allait accueillir son fils dans deux mois à peine… Priver du monde, un monstre ne pouvait se montrer lors des soirées. Partit dans une école en France disait-elle, honteuse de lui.

    « Cela vous plaisir Salinger ? Où vous souhaitez connaître la raison de cette marque ci ? »
    Cicatrice qui ornait son bras gauche, sur tout l’intérieur du bras, une longue entaille depuis bien longtemps cicatrisée mais souvenir de son passé, a nouveau.

    Salinger « Je… Votre personne m’intéresse Lydérich, rien que votre nom. Prouvez-moi que vous n’avez rien à faire ici.

    Rapide approche, le détenu s’était brutalement levé pour se planter juste devant le journaliste, une lueur folle dans les yeux. Il avait posé ses mains de chaque coté de ce jeune homme dit journaliste… Crainte soudaine qui émanait de cet imprudent.

    « Prouvez que le Ministère n’a pas raison est folie Salinger. Je suis coupable pour le Monde, je le resterais… Mais continuons… »

    […]




Dernière édition par le Mer 2 Jan - 15:47, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lydérich Van Baaren
Schizophrène & Completement Toqué
avatar

Nombre de messages : 16
Age du personnage : 39 ans
Côté coeur : Il bat... Il se meurt... Il est mort.
Etat d'esprit : Cinglé. La Folie domine.
Date d'inscription : 30/12/2007

Personnage à la loupe
Amis/Ennemis: Son reflet même est son ennemi. Alors un ami. Sa folie peut être. Toujours là quand il faut.
Citation personnelle:
Particularités: A pour conscience un certain Chapelier Fou

MessageSujet: Re: Lydérich Van Baaren [U.c]   Lun 31 Déc - 18:18

* Se sent aimé xD *
Merchi pour l'accueil et les compliments =)
Nan, ma fiche n'est toujours pas finie.
Juste un nouveau bout.
Rolling Eyes



    « Dans quelle maison avez-vous été Salinger ? Gryffondor ou Serpentard. Probablement celle de Salazar, votre rang ne vous aurez jamais permis d’aller dans l’Autre, n’est-ce pas ?»

    Cette analyse, Lysérich avait beau avoir perdu de ses connaissances il n’en restait pas moins celui qu’il avait été par le passé, cet homme capable d’analyser les autres et ce minable journaliste. Il avait été dans la maison des Vert et Argent, idée qui fit sourire le condamné, comment un abruti pareil avait pu atterrir a Serpentard ? Fait impossible, s’etait-il mis a genoux devant le Bout de Tissus ? Probablement. Léger rire, Lydérich s’imaginait parfaitement cette scène. Mais ce n’était pas le moment, son histoire, Salinger voulait l’entendre et Van Baaren pour une fois en quatre ans avait la possibilité de joindre des mots pour former une phrase et non pas une monosyllabe. Merveille que voici, il en était presque a remercier le jeune imprudent. Journaliste qui allait lui servir, pour après, le temps de jouer avec lui.

    « Serdaigle fut ma maison mais sachez que ma défunte mère a tout fait pour que je ne franchisse pas les grilles de ce château. Vieille folle… »

    Haï, Lydérich ne l’avait jamais aimé, il avait reporté cet amour sur sa sœur, Amarante, gamine qui ne posséda pas la moindre once de pouvoir magique, elle aussi il l’avait détesté comme tous les autres Moldus, pour un moment, le temps de sa scolarité a Poudlard… Sept années de sa vie qui passèrent bien trop vite à son goût. Son admission à Serdaigle, ses BUSES, ses ASPICS puis la fin. Peu d’événements particuliers s’étaient déroulés lors de son passage dans cette école. C’est après que sa vie devient intéressante, lorsqu’il est devenu Auror. Lui, un « défenseur du Bien » Foutaise. Il tuait les Mangemorts pour le plaisir, et pas que ces personnes, les autres aussi, toutes celles qui osaient défier les lois rédigées par le Ministère de la Magie. Bon soldat, certainement pas, un assassin qui se rendit compte de la portée de ses actes lors de Sa mort, à elle…

    Salinger « Lily et June, vous souvenez-vous de leurs visages Lydérich ? Et June, comment l’avez-vous rencontré ? Pourquoi avoir tué votre fille, le reflet de June ? »

    L’étrangler, Lydérich en eu une soudaine envie qui fut stopper par un sortilège. Stupide Sorcier, il maudissait Salinger et le Monde Magique en cet instant précis. Lâcheté que de l’avoir repoussé avec la Magie. Comment cet homme pouvait-il mentionner June ? Son meurtre incompréhensible. « On ne tue pas pour résoudre un problème » phrase de la Défense. Dommage, Lydérich pensait le contraire et c’est ce qui l’avait mené ici, dans ce lieu humide et détestable. Pourtant, les questions de Salinger eurent raison des souvenirs, heureux, pour une fois… Violente par la suite.

    Lydérich la revoyait, elle, June, celle qui fut sa femme pendant seulement quatre ans. Elle aussi était Auror, c’est en faisant sa formation qu’il l’avait rencontré, tout le contraire de lui. Elle était tout aussi joyeuse qu’il était renfermé. Image qui revenait, le visage de cette femme qui avait été sauvagement assassinée par une créature... Un loup garou.

    Salinger « Je dois m’en aller. Je crois avoir les informations nécessaires. Au revoir Lydérich. »

    Le regard délavé du condamné s’était rapidement relevé vers le journaliste. Il comptait déjà partir ? Oh on, Van Baaren ne l’entendait pas ainsi. Cet homme lui avait pris 3 mois mois de sa vie pour qu’il lui compte son histoire, des plus dérisoire d’ailleurs, alors Lydérich était en mesure de demander une petite faveur… enfin faveur… L’ancien Auror s’était placé devant la grille de sa cellule, exploit qu’il réussisse encore a aligné deux pas et si rapidement.

    « Vous me quitter déjà Salinger ? […] Une dernière chose avant que vous ne partiez, n’avez-vous pas remarqué notre légère ressemblance ? »

    Là avait été la première chose qui avait frappé Lydérich lorsqu’il avait croisé cet homme, cette étrange ressemblance physique. Non pas que Salinger soit son double mais on le confondrait avec lui, idée qui avait germé dans l’esprit torturé du prisonnier. Sourire des plus mesquin qui s’était glissé sur ses lèvres pales. Il n’avait peut-être plus de baguette mais celle-ci n’aurait été d’aucune utilité d’ailleurs, vu l’etat de sa Magie. Une simple lame, très légèrement tranchante, juste assez pour que Salinger puisse agoniser. Trop tard pour lui, pauvre journaliste qui ne pourra jamais faire son livre. Salinger était tombé a terre, un cri de douleur lui avait échappée, le cœur, Lydérich avait visé juste. Quelques minutes suffiraient. Les Détraqueurs n’y verront aucun changement, pas de suite. Il avait pris soin de prendre les vêtements de son cher journaliste. Autant paraître Lui, même si pour le moment Lydérich n’était guère dans son meilleurs etat.

    « Merci. La naïveté a eu raison de vous Salinger. Avec tous mes remerciements. »

    Une évasion qui se fit sans aucun dégât, on ne se rendit compte de la mort de Salinger que quelques semaines plus tard… Des semaines de trop pour comprendre qu’il ne s’agissait pas de l’Auror mais du journaliste.




Vous, joueur IRL

Prénom : Marine
Petit surnom? : siffle
Âge : 16 ans
Depuis quand faites-vous du RP? : D'puis 2 ans =)
Comment avez-vous connu le forum? : Par la MamZelle qui joue une vile Serpentard
Que pensez-vous du design? I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lydérich Van Baaren
Schizophrène & Completement Toqué
avatar

Nombre de messages : 16
Age du personnage : 39 ans
Côté coeur : Il bat... Il se meurt... Il est mort.
Etat d'esprit : Cinglé. La Folie domine.
Date d'inscription : 30/12/2007

Personnage à la loupe
Amis/Ennemis: Son reflet même est son ennemi. Alors un ami. Sa folie peut être. Toujours là quand il faut.
Citation personnelle:
Particularités: A pour conscience un certain Chapelier Fou

MessageSujet: Re: Lydérich Van Baaren [U.c]   Mer 2 Jan - 16:03

(Désolé du double post)
Fiche Terminée
Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lydérich Van Baaren [U.c]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lydérich Van Baaren [U.c]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Signature de contrat Rich Peverley
» filthy. rich. spoilt. rotten.
» Le Costa Rica abandonne Taiwan et reconnaît la Chine
» Rele Legba pou mwen \ Jean Érich René
» My pc is rich

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
.::. Fidelitas .::. :: Avant Tout... :: La Cérémonie de Répartition :: Fiches Acceptées-
Sauter vers: