.::. Fidelitas .::.

Le bien règne en maître sur le monde magique... Mais pour combien de temps encore?
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Alex Cohen

Aller en bas 
AuteurMessage
Alexander Mark Cohen
6ème année qui aime les gens x)
6ème année qui aime les gens x)
avatar

Nombre de messages : 35
Age : 28
Age du personnage : 16 ans
Côté coeur : Coeur ? Naaaan !
Etat d'esprit : Espièglerie. Philosophie. Trolleries ? Sait-on jamais...
Date d'inscription : 31/12/2007

Personnage à la loupe
Amis/Ennemis: Raphael, assurément. Amber, petite demi-soeur. Leonore, à la vie, à la mort. Lestrange... n'en parlons pas.
Citation personnelle: Paraît qu'on est tous un peu cons dès qu'on est un peu plus de trois...
Particularités: Alex est un jeune homme très chaleureux et sociable.

MessageSujet: Alex Cohen   Lun 31 Déc - 4:50

Et les rues bondées de Londres resteraient à jamais le lieu d'anonymat par excellence. Tous ces gens qui déambulaient, se croisaient, mais jamais ne se touchaient… Pas même un effleurement ! Ou alors si effleurement il y avait, on l'attribuait tout de suite à l'accident ou au hasard et on se répandait en mille excuses. Alex n'avait jamais vraiment compris. Il lui avait toujours fallu ce contact direct avec les gens, cette assurance qu'il y avait bien là chaleur humaine. Certains diront que c'était parce qu'il n'avait jamais vraiment connu sa mère. (Ses parents avaient divorcé lorsqu'il n'avait qu'un an.) Peut-être bien. Une chose était sûre cependant, c'était que cette nécessité de toucher les gens était aussi ancrée en lui que ne l'était le châtain de ses cheveux ou encore le bleu de ses yeux. Et il lui arrivait de se révolter si jamais on se méprisait sur la signification de sa main posée sur l'épaule de sa voisine, ou encore de son accolade au lieu du traditionnel serrement de main. Il n'y avait rien à comprendre ! Ne disait-on pas que les êtres humains étaient faits pour vivre en société ? En société… Le mot le disait si bien… Une société, c'était un groupe, un tout. Pas… pas un ramassis d'individus nombrilistes et centrés sur eux-mêmes davantage encore que sur les autres.

Et les autres, c'était quoi au juste ? La famille ? Les amis ? Bien souvent, pour la majorité des gens, cette notion se bornait à ça. Mais son extension était beaucoup plus grande ! Les autres… C'était tout le monde ! Et il fallait tous les considérer comme tel. Comme des individus avec des peines et des joies, des qualités et des défauts. Mais surtout, avec une histoire à raconter. Sachant cela, comment ne pas s'intéresser aux autres ?

Oui. Alex aimait les gens.

Ah… C'était qu'il avait les qualités pour ce faire ! Sociable, bonne écoute, chaleureux, sympathique… Et pourtant, il y avait ce je-m'en-foutisme caractéristique aux gens qui ne se souciaient guère de ce que les autres pouvaient bien penser d'eux.


« Aleeeex ! C’que je suis contente de te revoir ! Ah au fait, Marion n’a pas trop apprécié que tu annules votre sortie. »

Alex haussa les épaules, avec son air je-m'en-foutiste.

«Pff ! J'm'en fous !»

Comme de fait, il y avait belle lurette qu'Alex avait cessé de s'en faire pour si peu. À 16 ans, Alex était bien dans sa peau. Oh. Mais ça n'avait pas toujours été le cas. Comme tout adolescent qui se respectait, Alex avait connu ses hauts et ses bas. À une certaine époque, il avait été quasi essentiel pour lui de se sentir aimé par les autres. Il suivait les mouvements de groupe, il s’assoyait au fond de la classe et déconnait avec les autres garçons, - et même quelques filles. Réponses stupides, boulettes de papier, blagues salaces... Rolling Eyes Que voulez-vous ? Les hormones, ça travaillait un jeune adolescent ! Il lui arrivait aussi de partir des débats sans fin avec ses professeurs lorsque quelque chose allait à l’encontre de ses valeurs et de ses convictions. Voyez-vous… C’était qu’il était têtu, le jeune monsieur Cohen.

Oh ! Rassurez-vous ! Il avait passé sans encombre la lourde épreuve de la crise d'adolescence : il avait fini par se dire que la révolte se devait d'être organisée et qu'il ne suffisait pas de gueuler le plus fort pour obtenir ce que l'on voulait ou pour passer ses messages. C'était pourquoi le jeune homme voulait devenir écrivain, - c'était qu'il avait une jolie plume. Et pour ce faire, il n'avait conservé que quelques matières pour ses ASPICs : Histoire de la Magie (il était immunisé contre les longs monologues, étant un brin insomniaque de par le bourdonnement d'idées qui bourgeonnaient sans cesse dans son esprit lorsqu'il avait le malheur de se mettre au lit), Sorts et enchantements (quand même ! Il fallait savoir user de sa baguette !), Arithmancie (vive la logique rassurante des mathématiques, après avoir passé encore une nuit blanche à méditer et à philosopher sur le genre humain), Astronomie (parce qu'avoir la tête dans les étoiles de temps en temps permettait de mieux retourner dans la réalité par la suite), Potions (parce que les potions s'apparentaient à la cuisine et puis bon… Alex était un peu le cordon bleu de la famille Cohen !) et Études des Moldus (dois-je vraiment vous répéter la raison ?) Les autres matières, il aurait bien aimé les garder, puisqu'elles présentaient quand même un intérêt certain pour l'esprit curieux du sixième année. (En effet, Alex avait des centres d’intérêt très variés qui stimulaient sa curiosité et alimentaient ses connaissances. Inutile de vous dire qu’avec lui, les conversations étaient toujours, - ou presque, - enrichissantes et passionnantes.) Mais bon… Il fallait faire des choix ! Et cette année, il avait dû se résigner à ne conserver que les matières où il avait obtenu les plus hautes notes dans ses BUSEs. Mais n'allez pas vous mettre en tête qu'Alex avait coulé ses autres examens, non… D'ailleurs, lui était-il déjà arrivé d'échouer quelque chose ? Oui bien sûr, comme tout le monde. Mais jamais rien d'officiel.

Voyez-vous, pour Alex, les cours pouvaient toujours attendre, car il y avait toujours quelque chose de plus intéressant et de plus urgent à faire avant… jusqu'à ce qu'il devienne plus clair encore que de l'eau de roche que les cours supplantaient nettement ce quelque chose. Heureusement pour notre ami, celui-ci n'avait jamais vraiment eu de difficultés catastrophiques en classe. Bien sûr, il lui était arrivé de buter et parfois même de trébucher, mais il avait toujours su comment se relever, seul ou avec l'aide de ses amis.


« Alexander ! »

Aïe. Lorsque l'on utilisait le prénom complet du jeune homme, cela ne voulait dire que deux choses : l'une, c'était pour le ramener à l'ordre, ou la seconde pour le ramener sur terre. Alex passa une main dans ses cheveux châtain fraîchement coupés courts et replaça sur son crâne un de ses éternels couvre-chefs. Ce jour-là, le froid de ce premier septembre l'avait conduit à choisir une tuque dite péruvienne. Vous savez, avec les tresses sur le côté ? Oui voilà. Very Happy Mark Cohen, le père du jeune homme, l'observait avec un air ennuyé. Apparemment, il n'en était pas à sa première tentative pour attirer son attention. Et Merlin seul savait à quel point cela pouvait irriter Mr Cohen.

« Désolé… »

Le quai 9 3/4 était déjà bondé de familles heureuses. Des éclats de rire et des «Hey ! Ça fait un bail qu'on s'est pas vu ! J'adoooore ta nouvelle coupe !» se faisaient entendre à intervalle irrégulier. Alex posa un regard sur sa famille, - hmm… si on pouvait appeler ça ainsi. Son père : Mark, Médicomage. Tout simplement. Sa mère, Eleonore, était une neurochirurgienne réputée à l'hôpital de Londres. Autant dire qu'Alex ne la voyait que très rarement, pour ne pas dire jamais. En effet, Eleonore et Mark avaient divorcé quelques mois après le premier anniversaire d'Alex. Depuis, Mr Cohen ne s'était jamais remarié. Bien sûr, il avait eu des petites aventures ici et là, des histoires de quelques mois, voire quelques années, mais aucunes n'avaient abouti à nouveau devant l'autel. D’ailleurs, ce jour-là, la nouvelle compagne de Mark Cohen les accompagnait, elle et son fils qui entamait sa première année à Poudlard.

Un sourire espiègle se dessina sur les lèvres d’Alex alors qu’il ébouriffait la touffe de cheveux châtain de son quasi-demi-frère et il lui dit d'un air amusé :


« Je vais te chercher un compartiment, l’morveux. »

Lui ne s’inquiétait pas pour se trouver une place. Dans le pire des scénarios, il se retrouverait avec quelque timide première année et il se ferait un plaisir de lui décrire Poudlard. Et peut-être de le traumatiser un tantinet…? Ou encore il partagerait le compartiment de quelques Serpentard stéréotypés de troisième année et il se ferait un plaisir de se foutre de leur gueule.

« Hey ! Chuis pas un morveux… »

« Mais non ! Je te taquine ! Bon ! J’y vais ! Sinon, tu vas te retrouver sur le toit du Poudlard Express.»

Du haut de ses six pieds, Alex surplombait aisément une bonne partie de la foule. Sa silhouette filiforme lui donnait des airs fragiles, mais la confiance et la chaleur que reflétaient ses prunelles derrière le verre de ses lunettes éclipsaient aisément cette impression. Les mains dans les poches, il avançait de sa démarche nonchalante vers une des portes du Poudlard Express, improvisant un rythme de beat box avec sa bouche. Mais voilà, lorsqu'on était si grand, certaines choses pouvaient échapper à notre regard, surtout lorsque celui-ci se faisait vague. Et c'est pourquoi il ne vit aucunement le minuscule première année qui lui rentra dedans.

« Humpf ! Oh ! Là ! Doucement, petit ! » s'exclama-t-il en se penchant vers le garçon, posant une main sur son épaule. Le regard soudain soucieux, il reprit la parole : « Ça va ? Tu ne t'es pas fait mal ? »

Et le fier gamin se détacha aussitôt pour continuer au pas de course sa route. Alors Alex se redressa et suivit pendant un instant du regard l'enfant, un sourire aux lèvres. Dire que lui aussi avait déjà été si petit, si persuadé de n'avoir besoin de personne…

Il ne se souvenait que trop bien de la fébrilité dans laquelle il avait passé les sept heures qu'avait duré le voyage en train. C'était dire ! Le petit garçon qu'il était alors avait été bercé son enfance durant par les quelques anecdotes que son père avait bien voulu lui raconter, avant d'aller au lit. Somme toute, une enfance plutôt ordinaire, quoique marquée par l'absence de figure maternelle prédominante.

Il se souvenait qu’il avait partagé son compartiment avec deux garçons et une fille qui étaient bien vite devenu des amis. Bien sûr, il y avait eu des disputes, des bouderies, des anicroches. Une histoire stupide et compliquée qu’Alex préférait oublier. Il n’avait plus reparlé à l’un puis ils étaient redevenus amis, s’était réconcilié avec l’autre (et elle avait repris son juste statut dans le cœur de l'adolescent) et avait fini par ignorer complètement le troisième.

Il se souvenait de l’excitation qui l’avait assailli lorsqu’il attendait nerveusement son tour pour passer sous le célèbre Choixpeau magique. Celui-là même qui avait décidé de l’envoyer à…


HORS-JEU

Prénom : Jamais le premier soir, voyons ! Pour vous, ce sera Lex !
Petit surnom ? : Shocked Lex, c'pas assez court ? Sinon, bah si vous réussissez à deviner qui je suis, vous pourrez utiliser mon autre surnom. Razz
Âge : 17 ans et toutes mes dents ! Very Happy
Depuis quand faites-vous du RP ? : mxm Dure, dure… comme question… Officiellement, depuis l'été 2003. Officieusement, depuis… que j'ai 11 ans ? Les fics collectives, ça compte ? Et les fics tout court, alors ? C'est de l'écriture nan ? Et les jeux de rôle sur table, alors ? VoV J'aime pas les questions piège.
Comment avez-vous connu le forum ? : J'sais pas… Une certaine Amandine… Sur MSN… Vous la connaissez, vous ?
Que pensez-vous du design ? : J'aime bien !^^ ENFIN UN FOND PAS NOIR POUR UN FORUM HP ! I love you

PS : J'sais pas ce que j'ai, même j'ai un blocage psychologique avec les Poufsouffle. À chaque fois qu'un de mes personnages (et j'en ai eu !) se retrouvait à Poufsouffle, j'ai été incapable de le jouer. C'est peut-être psychologique, ou alors c'est juste que ma personnalité n'est pas compatible avec des Poufsouffle. C'est zarb, mais c'est comme ça ! Razz

Y'a des gars qui sont pas capable de jouer des filles.
Y'a des filles qui sont pas capable de jouer des filles.
Moi, j'suis pas capable de jouer des Poufsouffle.
Chacun son truc, c'est tout…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solenemoony.deviantart.com
Le Choixpeau Magique
Le Grand Répartisseur Tout Puissant
avatar

Nombre de messages : 29
Date d'inscription : 28/12/2007

MessageSujet: Re: Alex Cohen   Lun 31 Déc - 5:04

Agréable à lire, bien écrit, une once d'humour par-ci par-là... J'adore! Bravo et Welcome!!!

Une gentillesse que peu de gens possèdent et en même temps cet air taquin qui me fais pencher du côté de la maison de jumeaux bien célèbres...
Gryffondor t'accueillera avec plaisir en son sein!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Alex Cohen
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Aprés Michaelle Jean à Ottawa voila Carl-Alex Ridoré à Friboug
» Alex Larsen, nouvo minis Lasante fè bèl figi devan OAS.
» Les droits pour Alex Kovalev disponible
» Signature de contrat - Alex Kovalev
» Christel & Alex...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
.::. Fidelitas .::. :: Avant Tout... :: La Cérémonie de Répartition :: Fiches Acceptées-
Sauter vers: