.::. Fidelitas .::.

Le bien règne en maître sur le monde magique... Mais pour combien de temps encore?
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Calèche de Tête [PV :: Isaac, Lex, Iza]

Aller en bas 
AuteurMessage
Ex Luke Noah Lestrange

avatar

Nombre de messages : 38
Age : 26
Age du personnage : 17 ans
Côté coeur : Il bat, merci de vous en inquiéter
Etat d'esprit : Immatériel, je suppose. Mais je n'ai jamais véritablement vérifié ...
Date d'inscription : 29/12/2007

Personnage à la loupe
Amis/Ennemis: +++ :Sélénia, Nathaniel | ++ : Raphaël, Eden | --- : Martyr et Alexander Cohen
Citation personnelle: Peu importe le Mal ou le Bien; il n'y a que moi.
Particularités: Toujours Pure | Héritière Rosier-Lestrange | Occulumens / Légilimens novice | Une apparence douce et avenante

MessageSujet: Calèche de Tête [PV :: Isaac, Lex, Iza]   Lun 31 Déc - 21:52


    La grosse locomotive rouge, digne d’une histoire pour enfant, cracha un dernier nuage opaque de fumée grisonnante et siffla fort pour annoncer que le train s’était arrêté. Le voyage entre Londres et Pré-au-Lard, pour conduire les élèves de Poudlard à bon port, était souvent ennuyeux, et toujours long. On partait une fois la matinée bien commencée, pour se retrouver à destination, une fois la soirée entamée. Dans le train, déjà, la séparation se faisait ressentir, et souvent, le gouffre entre les maisons se creusait un peu plus durant cette unique journée, tandis que les élèves asticotaient leurs rivaux dans els couloirs étroits du train. D’autres se jetaient presque sur la vieille femme qui vendait les bonbons magiques sur son chariot, tandis que certains essayaient de diriger une ultime fois les nouvelles têtes vers leurs maisons. En gros, c’était beaucoup trop d’élèves coincés dans leurs délires d’adolescents et de gamins. Les Maisons à Poudlard ne définissaient pas une vie, Luke en était intimement convaincue. Il suffisait de se tourner un peu vers l’histoire pour s’en apercevoir, en prenant des exemples tels que Peter Pettigrew ou Severus Rogue pour illustrer ce qu’elle voulait dire. La maison à Poudlard … Cela indiquait qui on avait été à 11 ans, quand on était jeune et influençable. Un peu con, en somme. Jamais, cela ne déterminerait qui on devenait.

    Pourtant, Luke se trouvait, encore aujourd’hui, bien répartie à Serpentard. Elle allait d’ailleurs y passer sa septième et dernière année, et elle s’y sentait encore comme une petite reine. La sensation d’influence qu’elle savait posséder sur les années inférieures, avec certaines autres personnes de sa famille, la rendait satisfaite de son séjour chez les vert et argent. Mais pas comblée. En juin de l’année prochaine, tout s’arrêterait : ce petit confort sans histoire et ce statut privilégié. Il lui faudrait donc préparer, à partit d’aujourd’hui, le terrain pour que le monde puisse l’accueillir comme il se doit, une fois ses ASPICs en poche. Il ne restait qu’une inconnue pour Luke et ses prévisions : comment le faire tout en restant à Poudlard et en réussissant ? Mais cela, elle ne commencerait à s’en inquiéter que plus tard. Après tout, elle avait dix mois pour y penser.

    La demoiselle, qui avait passé le voyage en compagnie de quelques Serpentards dont le nom lui échappait encore, même après les heures passées en leur compagnie, se leva en entendant la cohue hors de son compartiment, une fois que le train eut sifflé. Il était visiblement temps de s’en aller. C’est donc, sans un mot, qu’elle sortit sa baguette, lança un sort de protection à ses bagages dans les filets, et sortit du compartiment, avec un bref signe de tête envers ses condisciples et un gentil « à bientôt ! ». C’était une sorte de tradition, Luke enchantait toujours ses bagages avant de quitter les lieux ; ainsi, aucun élève concupiscent, ou bien jaloux, ne pourrait y fouiller avant que les elfes ne viennent les embarquer pour Poudlard. Dans les couloirs étroits, Luke passa sans problème entre les élèves, de par sa taille menue, ou les écarta de son chemin par son aura d’aisance qui attirait rapidement le regard sur elle et forçait le respect, ou du moins la crainte. Crainte de ses représailles si on ne la laissait pas passer mais aussi, et surtout, de celles de Sélénia, dont on la savait proche et qui se faisait moins discrète dans ses sarcasmes que ne l’était l’héritière Lestrange.

    En sortant du train d’abord, de la gare ensuite, elle atteint une cour de bonne taille dans le village de Pré-au-Lard, où attendaient les élèves de nombreuses calèches. Sans s’arrêter pour les contempler ou bien se questionner à savoir pourquoi elles avançaient seules, elle marcha jusqu’à la tête de la file que formaient les transports sombres. Elle marchait rapidement, faisant de longues foulées pour ne pas se faire distancer, une démarche qui lui était peu commune. Pour peu qu’elle ait été quelqu’un d’autre, on aurait pu penser qu’il lui en aurait fallu peu pour se mettre à courir si un élève venait à la dépasser. Mais ce n’était pas du tout le cas … Elle aurait plutôt sorti sa baguette.

    Une fois arrivée en tête de la chaîne, elle monta directement dans la première calèche. Il s’agissait là juste d’un caprice, pour souligner la place qu’elle se devait d’avoir. Elle s’assit alors au fond du petit compartiment, là où il faisait le plus chaud, et croisa ses jambes pour attendre que la calèche se remplisse de 3 autres élèves, condition imparable pour qu’elle ne démarre. Elle réajusta brièvement la jupe de l’école sur ses genoux et se demanda une nouvelle fois, depuis qu’elle l’avait fait, si sortir sa chemise de la jupe et déboutonner un ou deux boutons de trop en haut et en bas ne faisait pas trop débraillé pour son rang. Toujours dans la décence et le charme, mais avec une certaine note de provocation, elle jugeait que cela restait plus qu’acceptable. Elle finit de se questionner en se disant que sa mère aurait sûrement approuvé. Détendue, prête à sourire à n’importe quel idiot pour garder son air doux et factice, elle regretta immédiatement de ne pas avoir pris un livre avec elle. Après tout, Luke ignorait quels idiots pourraient se joindre à elle …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Mark Cohen
6ème année qui aime les gens x)
6ème année qui aime les gens x)
avatar

Nombre de messages : 35
Age : 28
Age du personnage : 16 ans
Côté coeur : Coeur ? Naaaan !
Etat d'esprit : Espièglerie. Philosophie. Trolleries ? Sait-on jamais...
Date d'inscription : 31/12/2007

Personnage à la loupe
Amis/Ennemis: Raphael, assurément. Amber, petite demi-soeur. Leonore, à la vie, à la mort. Lestrange... n'en parlons pas.
Citation personnelle: Paraît qu'on est tous un peu cons dès qu'on est un peu plus de trois...
Particularités: Alex est un jeune homme très chaleureux et sociable.

MessageSujet: Re: Calèche de Tête [PV :: Isaac, Lex, Iza]   Mar 1 Jan - 17:20

Sixième voyage à Poudlard. Sixième fois qu'Alex gravissait le marchepied du Poudlard Express.

Bouse ! Ce que le temps passait vite !

Et toujours ce même sentiment de bien-être, cette sensation au niveau de la nuque en pensant à son alma-mater. C'était chez lui ! Au même titre que la maison de campagne en bordure d'Édimbourg dans laquelle il vivait depuis maintenant deux ans. Depuis en fait le moment où Mark Cohen, son père, avait décidé d'emménager chez sa nouvelle flamme répondant au doux nom de Jade Spencer. Après tout, une maison valait toujours mieux qu'un condo de ville. Surtout que pour accueillir un adolescent en pleine croissance et une fillette énergique, il en fallait de la place ! Razz Ahh… Et dire que la petite Bebeur entamait sa première année aujourd'hui… D'ailleurs, où était-elle ?

Oh ! Re bouse ! La coquine avait échappé à son regard ! Vite ! Vite ! La retrouver et la ramener en lieu sûr, - ou du moins, sur le chemin du lac pour la traditionnelle traversée. Arf ! Et si avec tout ça, il ne restait plus de calèches ?

Triple bouse ! Marcher, c'était bien. Mais Poudlard, c'était loin !

Vite ! Vite ! Ahhhh ! La voilà, la Bebeur ! Empoignement solide de son épaule. Lourd regard de reproche. Simili coup de pied dans l'arrière-chaudron. Rapide câlin. Sourire espiègle. Saine et sauve !

Ouf ! Maintenant, une calèche !

Alex se précipita vers l'endroit habituel, où les élèves de Poudlard attendaient qu'une voiture sans chevaux ne s'arrête. Ah ! En voilà une ! La première en plus ! Chance ou Malchance ? Chance parce qu'il serait au chaud plus rapidement. Malchance, parce qu'il faudrait attendre encore plus longtemps dans la Grande salle à jeter un regard malheureux à son assiette désespérément vide. Tout comme cette calèche. Bien !

Alex y grimpa, sa tuque de laine de travers, son uniforme rouge et or enfilé à la va-vite, en bon flemmard qu'il était.

Et puis…


*Bouse de crottes de doxys confites en sépulcre !*

Alex renifla dédaigneusement. Lestrange. Humpf. Serpentard. Elle était redoutable semble-t-il.

Mouais. Et alors ? Alex, il était plus grand !

Oui, mais il ne s'agissait pas que de ça. La miss et le monsieur ici présents… n'avaient jamais vraiment eu des rapports très amicaux. Ce qui était quand même surprenant lorsqu'on connaissait un tant soit peu Alex. En effet, il était rare qu'il détestât cordialement quelqu'un au point de faire usage de méchanceté gratuite (ce qu'il déplorait plus que tout). Non. Alex avait quand même acquis de la maturité en vieillissant.

Et puis… ce n'était pas comme si ça avait été de sa faute, non ?
Ultime marque d'enfantillages. Rejeter la faute sur les autres. Le « c'est pas moi, c'est lui !» Quel enfant n'en avait jamais fait usage ? Et comme on ne changeait pas une formule gagnante (hum… à voir !), Alex en faisait lui aussi usage. Bon d'accord… ce n'était pas là un signe de grande sagesse (qui avait dit qu'il l'était, d'abord ?), mais le fait était quand même présent.

Entre Luke Noah Lestrange et Alexander Mark Cohen, c'était… une sorte de guerre froide qui pouvait éclater à tout moment. Qui aurait cru qu'une embrassade (qui datait quand même déjà de quelques années) aurait été la cause de tout ça…? Sûrement pas Alex !

Nouveau bref regard en direction de la Serpentard. Vague hochement de tête en guise de salutations. Sourire en coin, mesquin, pour la forme. Sans plus. Ah. Non. Le nom de la demoiselle, dit d'un ton neutre.


« Lestrange.»

Point barre. On s'assoyait gentiment et on repartait dans l'univers débridé de son imaginaire…

En espérant que la paire ne soit pas complète.


[HJ : Nul. Nul et court. *s'en retourne pieuter : c'est encore la meilleure solution*]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solenemoony.deviantart.com
Ex Raphael A. Malefoy

avatar

Nombre de messages : 123
Age du personnage : 15 ans
Date d'inscription : 27/12/2007

Personnage à la loupe
Amis/Ennemis:
Citation personnelle: Toujours Pur
Particularités: Préfet de Serpentard

MessageSujet: Re: Calèche de Tête [PV :: Isaac, Lex, Iza]   Mar 1 Jan - 20:38

    Bella avait emmené son fils, Raphael Asmodée Malefoy, à la gare de King’s Cross. Ce dernier s’était montré désagréable et impitoyable avec sa génitrice. Comme toujours d’ailleurs. Leurs rapports s’aggravaient avec le temps. Comme une fleur qui se fane, une rose flétrie, qui meurt encore un peu plus chaque jour. Comment y remédier ? Comment faire pour que leur vie s’améliore ? Isaac n’avait pas de réponses à ses questions, puis il ne cherchait guère non plus à trouver la clé de la solution. Son cœur était fermé à double tour, la serrure avait été changée, c’était terminé. Du moins, c’était ce que pensait le jeune homme. Son cœur était un organe vital, il ne devait plus servir à faire souffrir. C’était ce qui le maintenait en vie, alors pourquoi le myocarde devait apporter de telles souffrances. Il n’était pas extrêmement bien pour autant, l’héritier Malefoy ne se sentait pas fort aise d’une telle situation. Celle qui l’avait enfantée comptait tout de même énormément pour lui. Mais il s’était dit de ne plus jamais lui exposer ses sentiments. Elle qui s’était montrée, dans le passé, si absente, si distante.

    Le voyage dans le train passa doucement, très doucement, trop doucement. Il aurait aimé accélérer le temps et être déjà rendu à Poudlard, sa deuxième maison. L’endroit où il se sentait aussi chez lui, parce qu’il avait une place sûre, de par son rang et ses origines. Malefoy, ce nom ayant perduré malgré les siècles passés. Il avait traversé les époques, sans prendre de souillures. La pureté était la plus grande fierté des nobles familles de sorciers. Extrêmement rares sont les familles pouvant se vanter d’un tel miracle. Malefoy perdurait la lignée pure, de ce liquide grenat. Le sang de la noblesse, le sang de la pureté, le sang toujours pur. Raphael était arrogant, il aimait se vanter de ses origines. Même si tout le monde connaissait le nom de famille du Blond.

    A bord du Poudlard Express, Raphael était dans un compartiment du fond, accompagné de quelques acolytes de Serpentard. La maison à laquelle aucun Malefoy n’avait échappé, du moins dans l’esprit du jeune homme. Puisqu’une anormalité avait rejoint les rangs des jaunes et noirs, la maison de l’impureté et de la bâtardise. Mais cette vermine n’était plus considérée comme un membre de la famille. D’ailleurs, depuis son admission chez les Poufsouffle, le Vert et Argent n’avait plus revu son cousin. Une tare, voilà ce qu’il était et rien de plus. Il s’était toujours contenté de l’éviter. Mais cette année, les choses allaient sans doute changer. Il avait acquis encore plus de pouvoir. En effet, durant l’été, l’héritier Malefoy avait été nommé préfet de Serpentard. Un autre statut a rajouté pour accroitre sa célébrité et sa notoriété. Un fait de plus dont le Serpent allait pouvoir se vanter. Il allait faire payer les traitres, son cousin était en ligne de mire, en rôle de première cible. Il n’allait pas le rater. Comment un frère et une sœur pouvait être aussi différents. Sélénia Lycoris Malefoy, une beauté à l’état brut, un bijou de cruauté. Les deux jeunes gens étaient tout à fait, à l’extrême opposés. Ils n’avaient que leur nom en guise de point commun. Un nom que cet intrus souillait par sa bêtise. Un être, un seul s’était retourné contre Serpentard. Il avait fallu que ce soit dans la pire des maisons, celle d’Helga Poufsouffle, prônant la bêtise. Elle récoltait les restes des autres maisons. Comment un Malefoy pouvait se retrouver dans une telle demeure, une honte. Le garçon serait la risée du monde pur et noble. Il déshonorait les valeurs ancestrales.

    Ne nous attardons plus sur les sujets fâcheux. A présent, le préfet était à Pré-au-Lard. Il avait sauté du train avec grâce et élégance. Il avait récupéré ses bagages, prenant naturellement le soin de passer devant tout le monde. Jeune homme riche et présomptueux, il pensait bien entendu, que rien ne devait lui être interdit ou refusé.
    Il était venu le moment de monter dans les calèches, elles-mêmes qui emmenaient les élèves aux portes de château de Poudlard. Elles étaient tirées par des Sombrals, Asmodée le savait. Mais il ne pouvait guère les voir. En effet, ces animaux magiques ne peuvent être vus uniquement par des sorciers ayant connu la Mort de leurs yeux. Ce n’était pas le cas du descendant Malefoy, il en était navré. Ces créatures, telles qui les avaient vus dans les livres paraissaient magnifiques, bien que légèrement effrayantes. Le courage n’était pas ce qui qualifiait la maison des Serpents. Et ne qualifiait en rien le Blond. De toute façon à quoi bon se charger d’accomplir les tâches difficiles nous-mêmes, lorsque l’on dispose de larbins pour le faire à notre place.

    Raphael avait donc abandonné ses camarades de maison, trop lents et pas assez vifs. Il n’avait pas besoin d’eux et allait s’asseoir seul, dans une calèche. Il monta donc dans l’une d’elle. Petit étonnement à bord, il n’était pas le seul. Son regard se posa sur une très jolie jeune fille. Il aimait son apparence douce, son visage ne révélait pas sa digne appartenance à la maison des Serpents, pourtant elle en faisait noblement partie. Elle portait le nom des Lestrange, cousine éloignée du jeune Malefoy. Raphael prit donc la parole, d’une voix froide habituelle, mais pas du tout agressive et plutôt polie :


    | Asmodée | - « Bonjour chère cousine. »

    Un mince sourire s’était même dessiné sur ses fines lèvres, qui disparut aussitôt en apercevant l’autre personne à bord de la calèche. Raphael s’assit aux côtés de sa cousine, lançant un regard au jeune homme en face de lui.

    | Asmodée | - « Cohen, tu n’essaies pas de t’attirer les faveurs de Luke j’espère.»

    Son ton était chargé de sarcasmes. Le Vert et Argent n’aimait pas ce Gryffondor, puis c’était réciproque. Cependant, les deux jeunes hommes se taquinaient sans jamais se montrer grossier ou même violent. C’était une relation compliquée. Ils se détestaient, mais poliment...


Dernière édition par le Mar 12 Fév - 16:56, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ex Luke Noah Lestrange

avatar

Nombre de messages : 38
Age : 26
Age du personnage : 17 ans
Côté coeur : Il bat, merci de vous en inquiéter
Etat d'esprit : Immatériel, je suppose. Mais je n'ai jamais véritablement vérifié ...
Date d'inscription : 29/12/2007

Personnage à la loupe
Amis/Ennemis: +++ :Sélénia, Nathaniel | ++ : Raphaël, Eden | --- : Martyr et Alexander Cohen
Citation personnelle: Peu importe le Mal ou le Bien; il n'y a que moi.
Particularités: Toujours Pure | Héritière Rosier-Lestrange | Occulumens / Légilimens novice | Une apparence douce et avenante

MessageSujet: Re: Calèche de Tête [PV :: Isaac, Lex, Iza]   Dim 6 Jan - 0:02




    Ah ! Que c’était cocasse, le destin, la fatalité, le hasard, Merlin, ou appelez-le comme bon vous semblera, avait décidé de faire un petit tour à Luke. C’était une de ces choses inattendues dans la vie, qui se déroulaient sans prévenir et qu’on appelait : surprise. Du point de vue de la vipère, c’était plus un cadeau empoisonné qu’une surprise agréable. Aucun sourire ne viendrait sur les lèvres de la jeune femme en voyant ce que le vent lui avait apporté, là. Un déchet, semblerait-il, ramener vers Luke par les aléas des premiers vents de septembre. Ou pour être plus imagée et littéraire, un garçon était rentré dans la calèche et avait fait une brève pause dans l’encadrement. C’était un Gryffondor, certes, mais il cumulait dans les tares, car en plus d’avoir été réparti voilà 6 ans dans la maison des courageux, c’était Cohen. Ce petit impertinent avait un jour eu l’audace de serrer l’héritière Lestrange dans ses bras, dans une étreinte tendre et amicale. Luke, absolument pas familiarisée avec le contact des autres, avait été profondément indigné de se faire serrer dans les bras d’un inconnu qu’elle venait, de surcroît, rabaisser. C’était en deuxième année, pour la Verte et Argent, mais elle s’en souvenait toujours avec mépris et colère. Encore maintenant, si une occasion se présentait pour se venger, la jeune femme n’hésiterait pas à la saisir avec jubilation.

    Un reniflement dédaigneux fendit le silence tendu entre les deux jeunes gens, et l’expression de Luke se ferma complètement. Ca lui faisait curieux d’entendre de quelqu’un d’autre cette marque hautaine qu’elle affectionnait tant, d’habitude.

    Son sang s’était mis à pulser un peu plus vite dans ses veines devant ce mépris affiché pour sa propre personne, mais elle ne laissa rien montrer sur son visage. L’occlumencie aidant, elle arriva même à contrôler suffisamment ses sens bouillonnant de rage pour sourire à son vis-à-vis. Cela n’avait rien de courtois, et la brune espérait la boule de poils suffisamment intelligente pour le comprendre. C’était en vérité, plus une expression différente du mépris intérieur de la jeune femme pour Cohen. Il dû le comprendre, ou alors il fit au moins semblant, puisqu’il eut la délicatesse de ne pas la provoquer plus que nécessaire. Il partit simplement s’assoire dans la calèche, et lui envoya un signe de tête assez curieux.

    Intérieurement, elle approuva ce statut quo, mais cela ne dura pas, quand, dans la seconde qui suivit, le petit insolent lui envoya un sourire mesquin. Plus que le geste, ce qui frappa Lestrange fut qu’il était de ce fait allé plus loin dans ce jeu des mesures qu’elle ne l’avait fait. Il avait été plus direct dans son mépris, par deux fois déjà, mais aussi plus franc, et plus offensif. Plus Gryffondor en somme, mais aussi plus sûr. Néanmoins, Luke ne s’abaissa pas à sourire au garçon une nouvelle fois, et resta de marbre. Elle avait douloureusement conscience de sa baguette contre sa peau, dans la manche de sa robe de sorcier, et elle porta son autre main à son bras, dans un geste instinctif et propice à l’offensive. Au lieu de cela, elle camoufla son geste en grattant distraitement son bras droit, où elle sentit à travers l’étoffe le bois de son instrument.

    Lorsqu’il la salua, elle releva les yeux, pour fixer son visage sans ciller. Elle laissa alors un sourire doux, radicalement différent du précédent, éclairer son visage. Elle parla pourtant d’une voix distante et neutre, sans réelle intonation. On aurait dit que la jeune femme s’ennuyait passablement, pourtant son sang pulsait encore avec rancœur dans ses veines.


    « Alexander. De bonnes vacances, j’espère. »

    Noah aurait ensuite pu faire semblant de s’intéresser au récit sûrement barbant du Gryffondor, mais quelqu’un sembla d’un avis tout autre, et vint interrompre ces retrouvailles si chaleureuses entre le Bouffon et elle. Elle détourna donc les yeux, pour intercepter le regard pénétrant et hypnotique d’un nouveau jeune homme. Elle n’eut même pas besoin de quitter ces yeux pour reconnaître son cousin éloigné, Raphaël. Le sourire de la jeune fille diminua alors en intensité, mais se fit bien plus vrai. Elle savait très bien que les grandes embrassades et les sourires faux ne feraient rien à ce jeune homme, elle se contenterait donc de cela. Et il le ferait sûrement aussi.

    Noah fut d’ailleurs bien plus flattée qu’elle n’aurait pu l’être lorsqu’un mince sourire lui fut retourné par le blond. Elle n’en demandait pas plus, surtout pas, et était très satisfaite des bonnes relations qui existaient entre Elle et les membres de sa famille. Politesse et, parfois, tendresse se mêlaient à une discrétion sans exubérances qui plaisait parfaitement à la jeune femme.


    « Bonjour. »

    Elle aurait pu en dire un peu plus, mais il était hors de question de s’étaler davantage devant le petit impertinent. Elle aurait voulu l’appeler ‘mon Ange’, pour taquiner le jeune homme sur son prénom tout droit venu des croyances païennes – Moldues – et célestes, mais cela aurait pu être mal interprété. Et il y avait assez des rumeurs sur les Sang-pur et leurs familles pour qu’elle se mette à les alimenter elle-même.

    Le nouvel arrivant se tourna alors vers le Rouge et or, et son sourire se dissipa rapidement, comme s’il n’avait jamais existé. Il lança un sarcasme au Gryffondor, et Luke ne pu s’empêcher de froncer le nez de dégoût à cette idée. Salazar, merci, le gamin avait, paraît-il, quelqu’un d’autre en vue. Luke n’était pas certaine de survivre à une seconde attaque de câlins. Son regard, absolument dégoûté à présent, rencontra très clairement celui du garçon aux chapeaux, et elle laissa son sourire s’effacer doucement. Pas embarrassée le moins du monde, elle soupira d’ennui, et au même moment, la calèche se mit en mouvement.

    Il ne viendrait plus personne, sauf problème. Apparemment, tous les élèves avaient pris place, où le transport ne se serait pas mis en route. Luke regarda à travers la fenêtre du fond de la calèche, et ne fut pas surprise de ne rien voir pour tirer les élèves. On lui avait déjà parlé des Sombrals, et elle ne s’étonnait pas de ne pas les voir. Elle se demanda fugacement si c’était un bien ou un tord.


    « Alors, Alexander. Toi et la sang de bourbe dépressive, c’est toujours au point mort ? »

    C’était sorti tout seul de la bouche de la Verte et Argent, sur un ton ennuyé, mais un sourcil levé, insolemment, pour attiser la patience du Gryffon. C’était plus une question pour se rassurer contre la précédente hypothèse émise par son cousin, qu’un sarcasme pour faire joli. Par contre, comment Luke avait fait pour savoir que l’amie de Cohen souffrait mentalement … Cela resterait un mystère, avec lequel elle savait tenir à la baguette la jeune fille et peut-être même l’intrus de cette calèche. N’était-ce pas tout simplement typique pour les Rouges et Or d’être cavalier ?

    En outre, la descendante de Bellatrix venait très clairement et délibérément de mettre un autre adversaire, pour eux, redoutable au courant du problème de la blonde. Elle sourit innocemment, et repris de ce ton chargé de sarcasme avec lequel le blond avait parlé plus tôt.


    « Je ne sais pas, j’avais cru comprendre que toi et Raphaël vous connaissiez. Alors n’aie pas peur, tu peux nous parler. Tout ce que mon cousin tient secret, je le tais. »


    [HJ : J'ai l'accord de Léo pour être au courant xD]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Mark Cohen
6ème année qui aime les gens x)
6ème année qui aime les gens x)
avatar

Nombre de messages : 35
Age : 28
Age du personnage : 16 ans
Côté coeur : Coeur ? Naaaan !
Etat d'esprit : Espièglerie. Philosophie. Trolleries ? Sait-on jamais...
Date d'inscription : 31/12/2007

Personnage à la loupe
Amis/Ennemis: Raphael, assurément. Amber, petite demi-soeur. Leonore, à la vie, à la mort. Lestrange... n'en parlons pas.
Citation personnelle: Paraît qu'on est tous un peu cons dès qu'on est un peu plus de trois...
Particularités: Alex est un jeune homme très chaleureux et sociable.

MessageSujet: Re: Calèche de Tête [PV :: Isaac, Lex, Iza]   Dim 6 Jan - 3:58

Les atomes crochus, vous connaissez ? Vous savez, quand il y avait cette chimie entre deux personnes. Attention ! Je ne parle pas ici d'amour ou d'attirance ! Il y a… Une autre sorte de chimie, dirais-je. Une chimie qui régit les relations amicales entre deux personnes. Si atomes crochus il y avait, amitié il y aura. Ça se traduisait souvent par une complicité inexpliquée, un sourire entendu, des points en commun inusités… Bien souvent, les gens avec qui on partageait des atomes crochus devenaient très importantes dans notre vie. Un meilleur ami à la vie, à la mort, une sœur de cœur… Et, au risque de me contredire, ça pouvait même aller jusqu'à faire naître entre deux personnes une forme d'amour-amitié. Inutile de vous dire que les deux personnes qui partageaient actuellement le compartiment d'Alex ne faisaient guère parti de la catégorie de gens qui possédait des atomes crochus avec lui...

Euh… C'était vrai pour Lestrange du moins. Cette garce qui respirait la froideur et la hauteur. Et l'hypocrisie surtout. Ça lui puait au nez. Raphael… Ah ! Raphael… C'était une autre histoire ! :niarkniark: Alex et lui étaient les meilleurs ennemis du monde, dirons-nous. En fait, ils l'étaient tellement que l'un ne pouvait accepter que quelqu'un extérieur à lui puisse s'en prendre ouvertement à l'autre. Curieux n'est-ce pas ? Ce qui donnait… une sorte… d'affection, qu'on le veuille ou non, et faute de meilleur terme, surtout.

Mais alors ? Mais alors rien du tout.

Tiens, Lestrange qui s'intéressait à ses vacances. C'était nouveau ça. Alex leva son regard qui n'avait de l'acier que la couleur vers la jeune fille et haussa les épaules de son air je-m'en-foutiste. Comme si ça pouvait l'intéresser. Généralement, quand la moyenne des gens posait ce genre de questions limite rhétoriques, elle s'arrangeait pour se donner au moins un air faussement intéressé. Mais voilà, la Serpentard ne fit rien de tout cela. En fait, Alex se demanda même si elle s'était rendu compte qu'il n'avait pas daigné répondre à sa remarque. Si ce n'était que de cela… Elle avait osé, -oui ! osé !- utiliser son prénom complet. Ne savait-elle donc pas que cela contribuait également à faire augmenter son irritation ? Sûrement puisqu'elle semblait prendre un malin plaisir à l'utiliser à tout bout de champ. Alexander par ci, Alexander par là. Nanmého ! Pour qui se prenait-elle ?

Diantre ! Mais par quelle mesquinerie du hasard s'était-il retrouvé à partager le compartiment de mademoiselle Hypocrisie Lestrange en personne ? Une punition ? Il n'avait pas oublié de se brosser les dents pourtant…


*Allez ! Démarre espèce de calèche à la noix !*

Comme c'est curieux… Les calèches ne sont pas télépathes. Dommage pour Alex. =/ Et bien loin de se mettre à avancer, ce fut plutôt la porte de la carriole qui s'ouvrit, pour laisser entrer… Raphael Malefoy !

Alex tourna la tête vers le nouvel arrivant. Et se dit non sans ironie que l'année n'aurait pas pu mieux commencer. Oh. Ne vous exclamez pas de joie tous en même temps je vous prie.

Euh… non en fait. Vous faites bien.


*Bouse… Bouse, bouse et re bouse.*

Il y avait des jours comme ça où l'on se disait qu'on aurait peut-être mieux fait de rester couché. Et pourtant, Mr Cohen n'en laissa rien paraître et ce, bien que cela l'irritait drôlement de voir Raphaël choisir CE compartiment. Non vraiment, il n'était pas d'humeur. Mais il n'en montra rien. Au contraire, étant donné qu'il devrait se farcir et Lestrange et Malefoy, autant se payer un peu leur tête ! Alex afficha un air franchement joyeux, - mais vi ! J'vous jure ! Shocked -et répliqua :

« Raphou, mon ange ! Tu me déçois. Je croyais qu'avec le temps, tu saurais que les seules faveurs qui m'intéressaient étaient les tiennes !»

Non vraiment, on ne pouvait pas moins bien porter son prénom que le préfet des Serpentard. Lui ? Un ange ? Laissez-moi rire ! Alex ajouta un clin d'œil qui se voulait suggestif. Que de trolleries mes amis ! Malgré le ton joyeux, une personne qui connaissait un tant soit peu le Gryffondor pouvait aisément reconnaître le sarcasme dans sa remarque. Et Lestrange semblait faire partie de ces personnes, car elle laissa échapper un sous-entendu qui fit hérisser les poils de bras d'Alex. (Mais étant vêtu de manches longues, ça ne se voyait pas. u.U) Son air joyeux céda aussitôt le pas à une sorte de colère noire qu'il transporta vivement sur son aînée et d'un geste vif, il brandit sa baguette.

Ohhhh ! Il ne supportait pas qu'on s'en prenne à Leo ! Même plus encore que si on s'en était pris à Bebeur. Peut-être parce qu'il connaissait sa blonde amie depuis plus longtemps que sa demi-sœur. Peut-être aussi parce qu'elle avait cette tendance à la dépression qui la rendait si fragile et qui poussait le Gryffondor à tout faire pour la protéger de souffrances éventuelles.

Pointant sa baguette de roseau sur le cœur de la vipère, ses yeux devinrent deux fentes sur son visage.


« Tu touches à un seul de ses cheveux et j'te bouffe !»

Sa baguette laissa échapper des étincelles orangées, signe qu'il pourrait lancer un sort à tout instant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solenemoony.deviantart.com
Ex Raphael A. Malefoy

avatar

Nombre de messages : 123
Age du personnage : 15 ans
Date d'inscription : 27/12/2007

Personnage à la loupe
Amis/Ennemis:
Citation personnelle: Toujours Pur
Particularités: Préfet de Serpentard

MessageSujet: Re: Calèche de Tête [PV :: Isaac, Lex, Iza]   Sam 16 Fév - 4:03

    « Raphou, mon ange ! Tu me déçois. Je croyais qu'avec le temps, tu saurais que les seules faveurs qui m'intéressaient étaient les tiennes !»

    Comment osait-il cet avorton ...
    Une calèche pour trois personnes. Deux d’entre elles s’entendaient plutôt bien. Leurs origines étaient pures et nobles. Pourquoi une souillure de Gryffondor devait corrompre un tel tableau... L’harmonie était rompue. Une tâche récalcitrante et indélébile semblait s’être immiscée de manière impromptue. L’individu était dérangeant. Il le savait mais paraissait étrangement se plaire dans sa niaiserie désobligeante. Tant de mots venaient à l’esprit de l’héritier Malefoy. Il aurait aimé lui jeter tous les maux de la terre au visage, le voir patauger dans la boue ne lui ferait ni chaud ni froid. Asmodée jouirait même de le trainer dans la poussière, lui faire ravaler sa pointe d’arrogance, ce sourire mesquin et fier. Ah ce Cohen il le méprisait. Comment lui faire ravaler ce sourire insupportable, cette fierté sans vergogne, d’une indélicatesse cuisante.

    Pourtant, le Blond ne fit rien. Non, il laissait couler. Mais pourquoi, c’était étrange. Entre les deux jeunes hommes, c’était une relation que trop compliquée. Bien plus que de l’indifférence, ou même un simple mépris. Une haine, un profond dégout habitait le préfet des Serpents. Mais jamais il ne lui avait manqué de respect sur quoique ce soit. Mis à part leurs célèbres taquineries mutuelles, il ne passait rien de bien méchant entre eux. Pourquoi. Tant de monde pouvait se poser la question. Mais si Raphael lui-même n’y mettait pas de réponses, à quoi bon ... C’était comme cela point. Pour les autres en tout cas, cette réponse était suffisante. Mais dans son fort intérieur, cela ne l’était pas du tout. Pourtant l’envie ne manquait bien souvent de lui jeter un sort à la figure. Ou même de lui coller son poing... Mais cet acte moldu répugnant, le jeune homme s’en passait bien volontiers. C’était une grande preuve d’intelligence. Les sorciers montraient encore une fois de plus leur supériorité inégalée face aux pauvres moldus... Ces derniers n’ont aucun principe, aucune sorte de valeur morale. Ils agissent par leurs instincts comme de vulgaires bêtes sauvages. Oui, c’était bien cela ils étaient rendus au rang de sauvages où l’art et la manière étaient enfouis on ne sait où... La communication ne pouvait pas exister entre de tels êtres. Leur colère, ils ne savaient pas la canaliser. Un brin d’énervement, puis ils en venaient aux mains. Voilà pourquoi Raphael savait se tenir. L’éducation, les valeurs morales ancestrales. Il savait canaliser sa colère dans sa baguette magique et l’utilisait à bon escient. Ce n’était pas un vulgaire objet de pacotille... Il fallait la respecter, ne pas l’utiliser à tort et à travers, c’était se respecter soi-même. La sagesse. Oui, voilà ce qui manquait aux moldus, aux impurs et autres sangs de bourbes...

    Sa chère cousine avait trouvé le point sensible du Gryffondor. Pour bon nombre de garçons, leur point sensible, cela ne pouvait être qu’une fille... Faible... Très faible bouffondor... Il était tombé dans le piège comme une proie plongeant dans la gueule de son chasseur. Un petit lionceau servit au diner. Avant cette arrivée à Poudlard, quel bon encas à la table des Serpents... Asmodée n’était pas au courant de la liaison de Cohen. Mais la fille était une sang de bourbe, qui plus est, mentalement déficiente... Il y avait donc de quoi s’amuser un peu. Le trajet allait être court. Mais effroyablement long pour l’intrus de la calèche.

    « Tu touches à un seul de ses cheveux et j'te bouffe !»

    La baguette de Cohen était pointée sur la poitrine de Luke. Il n’eut pas le temps de terminer sa phrase que celle de Raphael était elle aussi pointée, mais sur Cohen.


    | Asmodée | « Alors voilà encore la preuve significative que tu es un faible Cohen. Pourquoi t’en prends-tu à Luke ? Ce n’est pas de sa faute si tu choisis mal tes fréquentations. Une sang de bourbe déjà c’est fort. Mais en plus il fallait que tu tombes sur une dépressive... Je me demande bien lequel des deux bouffondors est le plus arriéré mentalement... »

    Bien entendu, la baguette d’Asmodée était prête à réagir à la seconde. Cohen avait deux rudes adversaires. S’il tentait quelque chose, c’était à la limite de la tentative suicidaire. Entre descendants Malefoy et Lestrange, question cruauté, il y avait de ma concurrence. Les limites n’avaient jamais encore été franchies entre les deux jeunes hommes. Mais au moindre geste de Cohen, il ne les repousserait plus longtemps... Mais ce qu’il préférerait, c’était continuer sur ce mal être du gryffondor, déclenché par les paroles des deux reptiles. On pouvait blesser avec des mots, bien plus qu’avec des gestes. Seul le sortilège de torture pouvait prétendre à soutenir la comparaison. Asmodée se plaisait à voir et faire souffrir ses ennemis. Et dieu sait qu’il en avait. Il baignait depuis des générations et des générations dans le mal. Il était l’essence du mal et jouissait du feu démoniaque qu’il recrachait sur ses victimes. La vermine devait payer le simple fait d’exister. Il savait se montrer diplomatique. Mais lorsque la guerre était déclarée, l’héritier Malefoy allait jusqu’au bout pour la gagner. Repousser les limites de la correction de lui faisait pas peur. Aucune pitié, c’était sa loi. Les impurs n’avaient pas pitié des nobles lorsqu’ils leur ont imposé leur infâme présence...

    Le coté maléfique du Blond surgissait bien souvent. Entre Raphael et Asmodée, entre l’ange et le démon, où demeurait la barrière ? Etaient-ils deux personnages bien distincts ou formaient-ils qu’une seule et vraie personne ? Il n’était pas atteint de schizophrénie, non. Simplement d’une forte personnalité, avec un coté sombre et l’autre un peu moins... Mais le Mal semblait prendre totalement partie du jeune homme et il aimait cela.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Calèche de Tête [PV :: Isaac, Lex, Iza]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Calèche de Tête [PV :: Isaac, Lex, Iza]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» On a déjà vécu ça ou presque. [PV Isaac]
» La calèche perdue [Mission C] (Pv : Seki Ryûsai & Ryukuu Namiko )
» Isaac "Target" Queen
» Way to the futur [PV Isaac & Scott]
» The Binding of Isaac (Le Sacrifice d'Isaac) (Attention âmes sensibles)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
.::. Fidelitas .::. :: Hors-Jeu :: Anciens Sujets - Corbeille-
Sauter vers: